mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Message par Invité le Jeu 20 Aoû - 18:43

Beuchat Abyssal 6000 HPS



C’est en Aout 1996 qu’arrive la Beuchat HPS et avec elle une des plus importantes innovations sur les montres de plongée.


Crédit Jean-Michel


Crédit Jean-Michel

Quelques mois avant Bell et Ross sortait la première montre à technologie équipression .
Bell et Ross avait commandé l’étude et la production de cette montre à Sinn. Mais la montre n’est pas fiable et rencontre des problèmes d’étanchéité. Elle est retirée rapidement de la production.
Dans le même temps, Beuchat travaille, lui, avec Capital innovation à la création d’une montre à équipression.
Mais pourquoi faire une montre à équipréssion ?

La montre, remplie d’un gel silicone extrêmement fluide, devient quasiment incompressible.

Le principe de l’équipréssion est parfaitement expliqué ici par JeanMichel :
http://www.forum-mdp.com/technique-vintage-anciennes-f16/equipression-et-les-montres-t3226.htm?highlight=equipression

Sous l’eau, il y a disparition de l’effet miroir.
La montre est toujours lisible.

Rolo versus HPS

Jean-Michel a écrit:une photo comparative mi-air mi-eau pour enfoncer le clou

Explication en dessins par… Jean-Michel

Jean-Michel a écrit:Considérons 4 cas avec un angle d'incidence de la montre de 45°

1er cas : verre saphir montre étanche "classique" donc remplie d'air : voici le trajet des rayons lumineux : passant d'un indice "faible" a plus fort (saphir) tous les rayons lumineux traversent le verre (réfraction) mais sont reflechis en arrivant a l'interface saphir/air (réflexion)



2eme cas : un verre en verre : même phénomène que precedement mais la déviation du rayon lumineux dans le verre est plus faible due a la moins grande différence d'indice



3eme cas : verre plexi : le plexi a quasiment le même indice que l'eau le rayon n'est donc pas dévié au passage de la première interface (eau/plexi) mais toujours réflechi a la deuxième (plexi/air)



4eme cas : montre en equipression : quel que soit le matériau du verre le rayon lumineux n'est pas réfléchi mais réfracté



Quelles sont les contraintes dues à cette technologie?

Seuls les mouvements quartz peuvent fonctionner dans un liquide.
Le changement de pile exige un retour en atelier.
Les liquides subissent une variation de volume proportionnel à la variation de la température qu’il faut compenser.
Comment est compensée la dilatation du fluide ?
La solution Bell & Ross – Sinn est la présence d’une bulle.
Mais la bulle est difficile à maîtriser si elle est trop petite elle ne sert à rien et le boîtier risque de se trouver en surpression en cas de montée de la température, si elle est trop grosse des contraintes de pression devront être encaissées par le boîtier lors des plongées. Et en plongée la température se réduisant la taille de la bulle augmente…
Il y a création de tension sur l’aiguille des secondes lors du passage de la bulle.

La solution trouvée par Capital Innovation est de compenser la dilatation du fluide grâce à une membrane souple située dans le fond de la montre.





Plus de bulle.
Capital Innovation a éliminé, ici, la principale source de problème lié à cette technique.

Mais même grace à l’équipression, il reste des limites de pressions :
Je donne la parole à Mathias d'Estais pour nous en parler :

Les deux modèles ont été testés par l’IFREMER. Il y a eu plusieurs séries de test sur des lots de montres. Je ne me souviens plus du nombre exact.
Le problème de profondeur était secondaire avec la technologie équipression.
Les chiffres donnés sont sans commune mesure avec les capacités humaines.
Donc les marges prisent étaient énorme 8000m pour la 6000.
La Genesis est donnée pour 4000m car après 6000m le quartz s’écrasait
Pour la 6000 nous avons résolu le problème en noyant le quartz dans de la résine.




Les tests sous pression de la montre ABYSSAL 6000 de chez BEUCHAT ont été conduits à l'Ifremer en août 1996 dans un caisson d'essais hyperbare.

Les références indiquées sur la montre sont celles du n°
d'enregistrement de l'essai (188) et de l'année (96) dans le
laboratoire qui s'appelait à l'époque GO/QE, c'est à dire Génie
Océanique/Qualification et Essais.

Le laboratoire d'essais hyperbares de l' Ifremer

Le laboratoire d'essais hyperbares gère et met en œuvre quatre caissons haute pression de dimensions et performances différentes permettant la simulation de l'immersion par grande profondeur (plus de 10 000 m). Remplis d'eau douce ou d'eau de mer, ils peuvent être pour certains d'entre eux thermostatés. Y sont associés les principaux moyens suivants :
• Acquisition et traitement temps réel des mesures extensométriques en pression.
• Visualisation temps réel par caméra vidéo jusqu'à 1000 bar.
• Connexions hydrauliques, électriques, optiques étanches jusque 600 bar et plus.
• Actionneurs de rotation, traction, flexion… fonctionnent sous haute pression.
• Pesée de matériaux sous pression – mesure de la variation de flottabilité…
• Etude du vieillissement des matériaux sous pression.


Revenons à nos Beuchat HPS…

Nous avons répertorié trois modèles de Genesis 4000 m :


Crédit Chaurol





La photo de Jean-Michel, just for fun.


Deux modèles ABYSSAL 6000 (testées à 8000m)

La première, la montree de Douglas Gravina , présentée par Bruno Brazil.








La 2nd

A vide…





Tous pleins faits…











Et MdP possède la plus gbelle collection de Beuchat HPS au monde. :bravo: :bravo:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Message par Fabrice le Jeu 20 Aoû - 19:06

j'adore! :right:

_________________
Fabrice (Picrate des Caraïbes) - secoué du casque
Master Toutoune Diver - Tamagoshi & Deep Love Specialties Instructor - Scaphand'routier
"Il existe deux sortes de navires, le sous-marin et la cible"
avatar
Fabrice
Alopias Vulpinus (Membre honoraire)
Alopias Vulpinus (Membre honoraire)

Nombre de messages : 18262
Age : 46
Localisation : 44
Date d'inscription : 10/01/2008

http://www.chez.com/bananajr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Message par Lautrec le Jeu 20 Aoû - 20:10

Je me disais qu'elle manquait dans le M.o.A !

Une très belle réussite cette Beuchat et dans toutes ses déclinaisons.
avatar
Lautrec
Rhincodon typus
Rhincodon typus

Nombre de messages : 6416
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/07/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Message par Invité le Jeu 20 Aoû - 21:57

vraiment interressant , instructif :yes:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Message par totof le Jeu 20 Aoû - 22:13

Une série de montres très intéressantes. Mon seul regret : cette satanée loupe qui gâche le plaisir.

_________________
Profite lapin, profite.
Eddy Mitchell in Le bonheur est dans le pré
avatar
totof
Alopias Vulpinus (Membre honoraire)
Alopias Vulpinus (Membre honoraire)

Nombre de messages : 20264
Age : 40
Date d'inscription : 23/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: mother of all partie XVII (la saga des montres de plongée : Equipression )

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum